L’Œil de… David Brunel, « Paul Nash. Éléments lumineux — Des médiums cousins » #2

« Paul Nash. Éléments lumineux — Des médiums cousins », avec David Brunel #2

Indéfectible et intime est la liaison entre peinture et photographie — trois siècles déjà le disent et d’autres le répèteront encore. Après David Octavius Hill, GustaveLe Gray, les frères Caillebotte, Edgar Degas, Pierre Bonnard, Édouard Vuillard, en même temps que René Magritte, Man Ray, Max Ernst, Charles Sheeler, László Moholy-Nagy, avant Ed Ruscha, Cy Twombly, Sigmar Polke, Gerhard Richter et tant d’autres, Paul Nash sera / est / fut un peintre de plus à tremper ses pinceaux dans la photographie. L’histoire du médium ne l’inclut pas dans son giron, elle le laisse à la peinture, et pourtant…

L’oeil de Paul Nash, lorsque ce dernier devient minéral et monofocal, prend l’accent du meilleur de l’avant-garde photographique du début du siècle dernier. Pour des raisons variables, il peut se trouver proche de Renger-Patzsch avec Die Welt ist Schön, non loin des Equivalents de Stieglitz, bien aligné sur des problématiques propres au Bauhaus, mais essentiellement, à la photographie en général. Même si cela relève d’un anachronisme, nous dirons que le David Hockney de Woldgate Woods n’est pas très loin.

Nous souhaitons donc, avec ces deux conférences, rejouer la même carte thématique qu’Erika Billeter lorsqu’elle a monté en 1977 à Zürich l’exposition Malerei und photographie im Dialog vom 1840 bis heute, à ceci près que le « bis heute » deviendra notre aujourd’hui.

Pour une archéologie des liens entre des médiums cousins, tel sera l’axe emprunté.

David Brunel est écrivain et photographe. Docteur en philosophie esthétique et études psychanalytiques, qualifié maître de conférences, il vit entre Arles et Amsterdam. Il dispense des cours en philosophie esthétique, histoire de l’art, histoire de la photographie et analyse critique dans diverses universités et écoles supérieures d’art.

Photo : Troncs de palmiers, Nice (double exposition), vers 1933-1934. Photographie de Paul Nash. Tirage moderne à partir d’un négatif argentique, 13 × 18 cm,Tate

Dans la même catégorie...