Van Gogh et la campagne arlésienne

Il est aisé de reconnaître les lieux marquants de la campagne arlésienne peints par Van Gogh mais on ne peut cependant établir avec certitude la topographie de tous ses paysages. Depuis cette époque, en effet, la région a énormément changé : les vergers et les champs de blé ont disparu ainsi que les fermes et d’autres éléments du décor présents dans ses tableaux.

Situé à deux kilomètres au sud d’Arles, le Pont de Réginelle (ou Réginal), communément appelé le Pont de Langlois en hommage à l’ancien pontier, fut un sujet particulièrement apprécié de Van Gogh durant les mois de mars et de mai 1888. On le retrouve dans plusieurs de ses tableaux et dessins.

Sa forme élégante et sa structure élancée répondaient à la perfection à l’atmosphère harmonieuse des estampes japonaises que Van Gogh cherchait tant à exprimer dans ses œuvres. Le pont a été détruit depuis et remplacé par un ouvrage similaire.

À cinq kilomètres au nord-est d’Arles, l’abbaye médiévale de Montmajour, dont la construction s’est étalée sur plusieurs siècles, est perchée sur une éminence rocheuse qui culmine à 43 mètres. Karl Baedeker la mentionne dans son guide du Sud de la France, tout en précisant que malgré son éloignement, il est indispensable d’aller la visiter.

La Moisson
« La Moisson », juin 1888. Huile sur toile, 73 x 92 cm. Van Gogh Museum, Amsterdam (Vincent van Gogh Foundation)

Van Gogh, que les longues marches dans la campagne n’ont jamais rebuté, la découvre peu de temps après son arrivée en Arles. Bien que peu intéressé par les monuments anciens, il est fasciné par ces ruines qui se dressent au milieu d’une vaste plaine et qu’entoure un paysage impressionnant. Au cours de la deuxième semaine du mois de mai 1888, l’abbaye et ses environs deviennent le sujet d’une série de dessins, connus sous le nom de « la série Montmajour ». Ces dessins de taille moyenne sont suivis par une deuxième série qu’il lui consacre en juillet. À cette occasion, Van Gogh travaille sur des feuilles plus grandes et exécute six dessins, à l’apogée de son art.

Montmajour domine la plaine de La Crau, qui a également inspiré l’artiste, et que l’on peut voir dans deux de ces six dessins. Dans son célèbre tableau intitulé La Moisson, dont il réalise aussi trois dessins, il représente un champ de blé labouré avec, au centre de la toile, comme le point focal de son œuvre, une charrette bleue. Pêcher en fleurs à La Crau est l’un des derniers tableaux qu’il peint dans les environs d’Arles.