« Alice Neel : peintre de la vie moderne »

Du 04 mars 2017 au 17 septembre 2017
AliceNeel_201604027.indd
Alice Neel, Jackie Curtis et Ritta Redd, 1970. Huile sur toile, avec cadre: 154,30 x 108,90 cm, sans cadre: 152,40 x 106,40 cm. The Cleveland Museum of Art, Leonard C. Hanna, Jr. Fund 2009.345 © Succession d’Alice Neel

Cette rétrospective sur Alice Neel (1900-1984) – l’une des plus importantes artistes nord-américaines, pourtant longtemps ignorée de son vivant – est le fruit d’un partenariat entre diverses institutions européennes. L’exposition à la Fondation Vincent van Gogh Arles souhaite mettre en lumière cette artiste au pinceau réaliste. Les portraits de Neel, empreints d’une forte dimension psychologique, témoignent de près d’un siècle d’évolutions dans les comportements envers le genre et l’ethnie, et des bouleversements dans la mode au sein de la société américaine. Évoluant dans une époque qui déclare l’abstraction comme la nouvelle modernité, Neel reste toutefois une « peintre de la vie moderne » comme l’imaginait Baudelaire, avec lequel elle partage la même vision de la modernité et du rôle de l’artiste vis-à-vis de celle-ci.

Marqué à la fois par l’expressionnisme et le réalisme, son œuvre traduit sa personnalité paradoxale : Alice Neel souhaite peindre toutes les classes sociales et créer une histoire visuelle, une « comédie humaine ».

Conçue par le grand spécialiste d’Alice Neel, Jeremy Lewison, l’exposition présente plus de soixante-dix toiles, dont un portrait d’Andy Warhol « mis à nu » par la peintre au regard affûté. Après l’Ateneum Art Museum d’Helsinki et la Gemeentemuseum Den Haag de La Haye, la Fondation Vincent van Gogh accueille cette exposition majeure du 4 mars au 17 septembre 2017 avant que celle-ci ne poursuive sa trajectoire vers l’Allemagne, au Deichtorhallen d’Hambourg.

Commissaire de l’exposition : Jeremy Lewison

 

À propos de l’artiste

Alice Neel est née le 28 janvier 1900 à Gladwyne, en Pennsylvanie. Elle étudie l’art à la Philadelphia School of Design for Women, une institution reconnue notamment pour sa distanciation avec une approche formaliste de l’art enseignée à l’époque.

Dans les années trente, Alice Neel vit à Greenwich Village, un quartier new-yorkais réputé bohème et peuplé d’artistes. Elle travaille ensuite pour la Works Progress Administration, pour laquelle elle peint des scènes urbaines.C’est également à cette époque qu’elle côtoie et peint les portraits des sympathisants du Parti communiste, dont elle aussi fait partie. En 1938, elle déménage à Spanish Harlem où elle débute une nouvelle série de portraits consacrés, entre autres, aux Portoricains.

Dans les années soixante, elle s’installe dans l’Upper West Side, où elle retrouve l’univers artistique et exécute ses fameux portraits d’artistes, de galeristes et de commissaires. Neel puise ensuite son inspiration non seulement
auprès de sa famille, mais également en observant femmes et enfants qu’elle dépeint ainsi à l’aube du mouvement féministe. C’est aussi à partir de cette période que la scène artistique américaine reconnaît et célèbre enfin son art
à travers plusieurs expositions personnelles et collectives.

Elle meurt le 13 octobre 1984 à New York.

 

Catalogue édité à l’occasion de l’exposition

AliceNeel_coverAlice Neel, peintre de la vie moderne

Pour l’acheter en ligne, cliquez ici

Informations pratiques :

PUBLIC

: Tous publics

Dans la même catégorie...