Carte blanche à Amandine Casadamont & Reeve Schumacher (dans le cadre des RDV DU SON)

► Vendredi 31 janvier 2020 à 19h (durée 40 min)
Dans le cadre des RDV DU SON

L’artiste sonore et productrice radio Amandine Casadamont et l’artiste Reeve Schumacher s’associent pour une création sonore élaborée en direct de la Fondation Vincent van Gogh Arles. Cette performance fait écho à l’exposition thématique «et labora » qui sera le décor mais aussi le fil conducteur de cet événement.

Amandine Casadamont puisera notamment dans les archives sonores de l’INA documentant l’apparition et le développement du travail à la chaîne. Les témoignages d’ouvriers de différentes chaînes de production seront articulés afin de dresser un portrait du travail lui-même, mais également de mettre à jour les conséquences des cadences et gestes répétitifs auxquels les travailleurs sont soumis. Cette création live se nourrira aussi bien de sons concrets – ambiances, outils et machines d’usines – que d’archives de la parole.

Reeve Schumacher se joindra à Amandine Casadamont en présentant « Sonic braille », création sonore réalisée à partir de vinyles incisés.

    

Amandine Casadamont est artiste sonore et créatrice radio. Dès son enfance, et grâce à un grand-père non-voyant dont l’ouïe fut particulièrement précieuse, elle s’intéresse au médium radiophonique et plus spécifiquement au « micro ouvert ». Depuis plus d’une vingtaine d’années, elle réalise de nombreuses créations sonores au croisement de la pièce radiophonique et de la performance. Prenant souvent comme point de départ le réel, elle y insuffle de la fiction, de la poésie et du fantastique. Amandine Casadamont aime notamment explorer des endroits dangereux tels que Fukushima ou le désert du Mexique, en zone de narcotrafic, afin d’y capter l’invisible. En 2019, elle devient co-commissaire d’exposition au Musée Transitoire (Paris). Collaborant avec plusieurs radios européennes, telles Deutschlandfunk Kulture, la SRF et France Culture, elle intervient comme auteure, productrice et compositrice – notamment pour le mythique Atelier de création radiophonique. Elle a été nominée et primée par différents prix internationaux tels que le prix du documentaire sonore de la biennale internationale de radio de Mexico (2012), le prix Phonurgia d’art sonore radiophonique (2015) ou encore le New York Festival dans la catégorie « Sound Art » (2016).

Né en 1981 à Minneapolis aux États-Unis, Reeve Schumacher a obtenu son diplôme aux Beaux-Arts de l’université de Miami avant de s’installer à Arles en 2010. Il y a co-fondé LHOSTE, un espace alternatif consacré à l’art contemporain et au son expérimental. Artiste plasticien et musicien, il se produit et expose dans plusieurs pays. Il a également produit trois albums, notamment Waste Land en 2015, basé sur le poème du même nom de T.S. Eliot. Son projet « Sonic Braille » se trouve à mi-chemin entre l’art et la musique. Pour celui-ci, il utilise des disques vinyles qu’il incise au cutter pour fabriquer manuellement un nouveau son. Le diamant du tourne-disque traduit de manière sonore ce nouveau relief, comme un doigt qui lirait du braille. Qualifié d’ « art-brut-techno » par l’artiste, cette nouvelle musique permet à Reeve Schumacher de transcender les genres.

 

LES RDV DU SON :

La Compagnie des Patrimoines et ses partenaires, acteurs du territoire d’Arles et de ses alentours, organisent Les RDV DU SON dans le cadre de l’événement national et international La Semaine du Son de l’UNESCO, dont l’année 2020 marquera la 17e édition. L’objectif de ce projet est de sensibiliser un large public aux enjeux sonores (professionnels techniques, musiciens, enseignants, professionnels de la santé, jeune public…), de favoriser de bonnes pratiques d’écoute, de partager la découverte de créations sonores, de découvrir les nouvelles technologies, les nouveaux métiers et l’évolution de son cadre légal et sociologique.

 

 

 

Cet événement est organisé en partenariat avec l‘Institut national de l’audiovisuel (INA)

Créé en 1975, l’Institut national de l’audiovisuel (INA), entreprise publique de l’audiovisuel et du numérique, collecte, sauvegarde et transmet le patrimoine audiovisuel français. Avec 19 300 000 heures de télévision et de radio et près de 15 200 sites web médias, l’INA a acquis une expérience et un savoir-faire uniques dans la construction du récit et la valorisation de ses archives, dans une démarche d’innovation tournée vers les usages. 

L’Institut accompagne ainsi l’émergence de nouveaux formats de production audio pour une appropriation innovante de ses collections d’archives sonores.