🎥 SoirĂ©e de projection autour de l’Ɠuvre de Nicole Eisenman : À propos de sentiments, de rires et de rues

Mercredi 29 juin Ă  21h30

Une plongée dans la production cinématographique
expérimentale new-yorkaise féministe, lesbienne et queer
des années 1980-1990, avec des films de :

Glenn Belverio / Sadie Benning / Dana DeGiulio / Hannah Quinlan & Rosie Hastings
Anna Mantzaris / Ridykeulous / Tom Rubnitz et Ann Magnuson

Glenn Belverio, The Lesbian Museum, 1992

La soirĂ©e « À propos de sentiments, de rires et de rues » propose une immersion dans la prolifique scĂšne expĂ©rimentale fĂ©ministe, lesbienne et queer du New York des annĂ©es 1980-1990. Radicale, chargĂ©e d’un humour grinçant ou d’une ironie critique, cette culture underground, ses recherches formelles et ses thĂ©matiques imprĂšgnent notamment le travail de Nicole Eisenman, actuellement prĂ©sentĂ© Ă  la Fondation Vincent van Gogh Arles.

Cet Ă©vĂšnement mettra entre autres Ă  l’honneur les films du collectif Ridykeulous, fondĂ© par Eisenman et A.L Steiner en 2005, ainsi que les productions du journaliste et artiste amĂ©ricain Glenn Belverio, telle The Lesbian Museum (1992) ; ce sera Ă©galement l’occasion de dĂ©couvrir la pratique d’artistes plus jeunes, issu·es notamment de l’animation.

L’homosexualitĂ©, l’identitĂ© ou le dĂ©sir sont quelques-unes des questions qui traversent ces films intimes, satiriques ou politiques qui seront projetĂ©s en plein air dans la cour de la Fondation.

Les films en anglais ne sont pas sous-titrés.
Le détail du programme sera publié prochainement.

Entrée libre
Durée : 1h30 environ
Avec chaises longues et apéritif

Films présentés :

 

Ridykeulous (Nicole Eisenman + A.L. Steiner), Times Square S.C.U.M. MANifesto (2011)
7 min (anglais sous-titré)

Ridykeulous est une initiative curatoriale portĂ©e par les artistes Nicole Eisenman (*1965, Verdun) et A.L Steiner (*1967, Miami) et crĂ©Ă©e en 2005. Ridykeulous rĂ©alise des expositions et des Ă©vĂšnements autour des questions fĂ©ministes et queer tout en dĂ©veloppant des stratĂ©gies humoristiques pour critiquer le monde de l’art et la culture de masse.

 

Hannah Quinlan & Rosie Hastings, Everything Is Folly In This World That Does Not Give Us Pleasure (2021)
2 min 26

Hannah Quinlan (*1991) & Rosie Hastings (*1991) forment un duo basĂ© Ă  Londres. À travers le dessin, le film, l’installation, la performance et la fresque, leur pratique examine les comportements, l’histoire, la politique et les artefacts de la culture LGBTQIA+ dans le contexte occidental. Quinlan et Hastings s’attachent Ă  dĂ©noncer le nationalisme, la masculinitĂ© et le principe de « whiteness » au sein de la communautĂ© LGBTQIA+, ainsi que les effets sur cette derniĂšre de la violence exercĂ©e par l’État, via notamment le maintien de l’ordre, l’embourgeoisement et l’austĂ©ritĂ©.

 

Glenn Belverio, The Lesbian Museum, 1992

29 min (anglais non sous-titré)

RĂ©alisateur de films indĂ©pendants vivant et travaillant Ă  New York, Glenn Belverio (*1975, New York) commence Ă  produire et co-animer sur une chaĂźne privĂ©e amĂ©ricaine en 1990 la sĂ©rie populaire The Brenda and Glennda Show, de laquelle est tirĂ© l’épisode The Lesbian Museum. Cette Ă©mission consistait Ă  populariser l’art des drag-queens tout en s’intĂ©ressant aux questions politiques et de genre qui animaient la sociĂ©tĂ© amĂ©ricaine de l’époque. Dans The Lesbian Museum, Brenda et Glennda interviewent des artistes lors du vernissage de l’exposition controversĂ©e de Christine Martin, « The Lesbian Museum : 10 000 annĂ©es d’envie du pĂ©nis » au Franklin Furnace. Pour l’exposition, chaque artiste participant·e (y compris Brenda et Glennda) a reçu un godemichĂ© et a Ă©tĂ© invité·e Ă  le transformer en Ɠuvre d’art.

 

Dana DeGiulio, Dr Zoom – Episode 1-12, 2020
8 min 41 s (anglais non sous-titré)

La peinture de l’artiste Dana DeGiulio (*1978, Chicago) pose la question de l’action et de la matĂ©rialitĂ© de l’image. Son travail – que ce soit en vidĂ©o, dessin, installation ou Ă©criture – ainsi que sa pratique de l’enseignement portent sur les bordures, le toucher et l’attention. Professeure itinĂ©rante d’arts visuels depuis quatorze ans, Dana DeGiulio enseigne actuellement Ă  l’universitĂ© de New York, Ă  celle de Columbia ainsi qu’à la School of the Art Institute de Chicago. Elle travaille chez elle, Ă  Brooklyn, prĂšs de sa fenĂȘtre.

 

Hannah Quinlan & Rosie Hastings, Gaby, 2018
7 min 55

La premiĂšre partie de ce film comprend un montage de diffĂ©rents clips vidĂ©o dans lesquels des policiers en service dansent lors de marches des fiertĂ©s sur Y.M.C.A., l’emblĂ©matique chanson de Village People datant de 1978. Au cours de la derniĂšre dĂ©cennie, des sĂ©quences similaires ont fait la une des mĂ©dias, dĂ©clenchant une rĂ©action positive unanime. Souvent rejoints par des manifestants, les officiers sont gĂ©nĂ©ralement filmĂ©s avec des tĂ©lĂ©phones portables, et leur apparente amabilitĂ© contraste fortement avec la montĂ©e alarmante de la brutalitĂ© policiĂšre aujourd’hui. Le film se poursuit par une animation autour d’un numĂ©ro de 1977 du magazine gay Christopher Street, qui vante la propension des communautĂ©s gays, principalement blanches et masculines, Ă  rajeunir les quartiers dĂ©laissĂ©s et Ă  « sauver » Manhattan des « taudis » – dans ce qui peut ĂȘtre compris comme les premiers tĂ©moignages d’une histoire queer de la gentrification Ă  New York.

 

Sadie Benning, If Every Girl Had a Diary, 1990
8 min

Sadie Benning (*1973, Madison) est un·e rĂ©alisateur·rice et artiste autodidacte d’orignie amĂ©ricaine. Reconnu·e pour ses films intimes abordant les questions de l’homosexualitĂ©, de l’identitĂ© et du dĂ©sir, iel connaĂźt un certain succĂšs sur la scĂšne artistique amĂ©ricaine des annĂ©es 1990. Sadie Benning demeure aujourd’hui l’un·e des plus fameux·ses reprĂ©sentant·es de la culture underground new-yorkaise de cette Ă©poque.

 

 

Tom Rubnitz et Ann Magnuson, Made for TV, 1984
15 min (anglais non sous-titré)

Thomas Rubnitz (1956, Chicago – 1992, New York) est un artiste particuliĂšrement connu pour les vidĂ©os qu’il a rĂ©alisĂ©es dans les annĂ©es 1980-1990. Originaire de Chicago, il passe la majeure partie de sa vie dans l’East Village de New York, haut lieu de la culture gay et queer amĂ©ricaine. Cette figure emblĂ©matique de la scĂšne underground new-yorkaise de l’époque laisse derriĂšre elle une Ɠuvre essentielle, politique, joyeuse et insolente. Tom Rubnitz meurt des suites du sida en 1992.

 

 

Anna Mantzaris, ENOUGH, 2017
2 min 22 s

RĂ©alisatrice et cinĂ©aste d’animation d’origine suĂ©doise, Anna Mantzaris (*1986, Stockholm) est titulaire d’une maĂźtrise en animation du Royal College of Art de Londres. Ses films ont remportĂ© plus de 80 prix internationaux, dont le Prix europĂ©en de l’animation, le prix Vimeo du meilleur film de l’annĂ©e, le prix Walt Disney et le prix du public au Festival international d’animation d’Ottawa. Elle enseigne occasionnellement et a notamment Ă©tĂ© confĂ©renciĂšre au Royal College of Art Ă  Londres, Ă  l’universitĂ© des arts Ă  Stockholm et Ă  la National Film & Television School en Angleterre.