Bertrand Lavier : L’affaire tournesols

Jusqu'au 17 mai 2015

Du 20 septembre 2014 au 17 mai 2015, la Fondation Vincent van Gogh Arles a présenté deux expositions inédites — « Night of Colours » de Yan Pei-Ming et « L’affaire tournesols » de Bertrand Lavier — avec le tableau de Vincent van Gogh Autoportrait à la pipe et au chapeau de paille, 1887.

 

expo Lavier 2 (c) Andre Morin
Vue d’une salle de l’exposition “L’affaire tournesols” de Bertrand Lavier, “Polk City 2″ . © Bertrand Lavier, ADAGP, Paris, 2014. Crédit photo : André Morin
expo Lavier 1 (c) Andre Morin
Vue d’une salle de l’exposition “L’affaire tournesols” de Bertrand Lavier, tableaux “Ndebele” et “Albers”, piano “Gaveau”. © Bertrand Lavier, ADAGP, Paris, 2014. Crédit photo : André Morin

 

 

 

 

 

 

L’affaire tournesols

À propos de cette exposition, Bertrand Lavier confesse en souriant montrer « tout l’œuvre peint », une affirmation sans doute assez proche de la vérité car des exemples du thème « peinture » propre à tous ses « chantiers » — ainsi qu’il les nomme — sont ici présentés, via différents médiums : film, sculpture, tableau et miroir peint.

L’exposition ayant lieu dans d’anciens appartements du XIXe siècle, Bertrand Lavier a conçu sa mise-en-scène avec une ouverture en contraste, qui met en regard l’un de ses pianos repeint avec sa touche — le symbole même de la culture bourgeoise occidentale — et l’un de ses tableaux Ndebele, qui se réfère à la peinture murale géométrique du peuple sud-africain du même nom.

À travers Lavier, des peintures qui, jusque-là, n’existaient que sur des planches de bandes dessinées, sont devenues des œuvres d’art réelles : les Walt Disney Productions . Ainsi, ce que Mickey et Minnie ont contemplé dans un musée d’art moderne est maintenant montré par Lavier dans cette exposition.

Au-delà d’un hasard, il fallait bien qu’un jour un original de Van Gogh soit exposé à côté d’un Lavier. Nous y sommes. L’Autoportrait à la pipe et au chapeau de paille, de 1887, fait face au « Miroir à la touche Van Gogh » de Lavier. Oui, ce tableau de Van Gogh, réalisé par le peintre en se contemplant dans un miroir, se reflète maintenant dans un miroir peint par Lavier.

Le titre « L’affaire tournesols » apparaît comme un double clin d’œil, à Van Gogh bien sûr, mais aussi à Tintin et à son compagnon professeur, personnage éponyme de l’exposition.

Bice Curiger, commissaire de l’exposition 

Biographie de Bertrand Lavier

Bertrand Lavier est né en 1949 à Châtillon-sur-Seine. Il vit et travaille à Paris et à Aignay-le-Duc (Côte-d’Or). Il produit ses premières œuvres en 1969, alors que l’art conceptuel s’impose comme référence esthétique. Ses « chantiers » se succèdent ensuite, comme autant de regards et d’interprétations sur l’histoire de l’art et sur les matériaux et objets de la société (post-)industrielle.

Depuis les années 1980, son travail est marqué par ce qu’il appelle « la touche Van Gogh », une formule qui évoque la « peinture » alors que dans son art conceptuel, celle-ci est appliquée sur des objets de la vie quotidienne qu’elle transforme en de vibrants « trompe-l’œil ». Lavier peint et « re-présente » un objet en peignant sur cet objet, donnant ainsi dès l’origine au champ de sa recherche artistique une envergure qui va de Marcel Duchamp à Walt Disney.

En 2014, il conçoit le grand portail d’entrée de la Fondation Vincent van Gogh Arles, véritable tableau de rue représentant à la fois la signature de Vincent agrandie dans des dimensions gigantesques et sa propre signature.

Catalogue publié à l’occasion de l’exposition

cat. affaire-tournesolsBertrand Lavier, l’affaire tournesols

Pour l’acheter en ligne, cliquez ici

Informations pratiques :

PUBLIC

: Tous publics

Dans la même catégorie...

Rebecca Warren
Exposition - Tous publics

Rebecca Warren

Jusqu'au 17 septembre 2017 - 11H00 a 19H00