Symposium – Les autodidactes

Avec :

Mathis Collins
Bice Curiger
Diedrich Diederichsen
Susanne Von Falkenhausen
Giorgi Khoshtaria
Charlotte Laubard
Natsuko Uchino
Raphaela Vogel
Wato Tsereteli

(liste non exhaustive)

La Fondation Vincent van Gogh Arles poursuit son exploration de l’œuvre du maître néerlandais et de son héritage à travers un nouveau symposium. C’est la notion d’autodidacte qui en sera le fil rouge, pour l’élaboration d’une réflexion regroupant plusieurs penseurs, intellectuels et artistes.

À l’heure où domine une conception pluraliste de la culture, notre idée de l’art est en pleine transformation. Il est dès lors nécessaire d’aborder la notion d’autodidacte à partir de multiples perspectives.

Le terme « autodidacte » est généralement utilisé pour désigner celui qui a acquis par lui-même un savoir ou une technique en lisant, en observant et en s’exerçant – dans une démarche aux antipodes, par exemple, d’études artistiques académiques, validées par l’institution.
Mais qu’apprenons-nous pour autant, à sacrifier de brillantes valeurs culturelles sur l’autel d’un relativisme tous azimuts ? Face à ce relativisme, que dire du canon et de la canonique dans le pluriel d’un monde globalisé ? Que dire d’un désapprentissage qui tend à mettre à mal l’autorité des détenteurs du savoir ?

Ces différentes « cultures du savoir » supposent diverses réalités géopolitiques qu’il conviendra d’interroger.

Dans l’histoire de l’art moderne, le tournant du XXe siècle fournit l’exemple d’un intérêt particulier porté aux artistes n’ayant reçu aucune formation académique et dont l’art fut par la suite qualifié de « primitiviste », « naïf », « puéril », « brut ».
La passion de ces avant-gardistes pour une expression artistique se manifestant en dehors des règles académiques se nourrissait alors de la vision fantasmée d’un « état primitif » et répondait à un désir d’authenticité qui continue de s’exprimer aujourd’hui dans la culture populaire.

Les expositions présentées à la Fondation jusqu’au 20 octobre 2019, « Niko Pirosmani – Promeneur entre les mondes » et « Vincent van Gogh : Vitesse & Aplomb », apportent un cadre de réflexion permettant de confronter deux modèles d’autodidactes du XIXe siècle, et d’appréhender leur rapport respectif à l’apprentissage et à la réception de leur travail.

 

Ce symposium constitue le dernier volet d’une trilogie de conférences. « Van Gogh – Duchamp : Huile & Eau ? » s’est déroulé en janvier 2015 ; « Van Gogh pré-pop », s’est tenu en mars 2017. Les actes de ces symposiums ont par ailleurs été publiés.

 

Informations pratiques :
› 20 & 21 septembre 2019, de 10h à 17h
› À la Formation – Parc des Ateliers, Luma Arles (plan d’accès)
› Entrée libre, inscription requise : symposium@fvvga.org
› En traduction simultanée français / anglais

Communiqué de presse

 

Symposium organisé par la Fondation Vincent van Gogh Arles et conçu par Bice Curiger, avec l’aide de Julia Marchand.
Avec la participation d’Infinitart Foundation.

 

 

 

Dans la même catégorie...